Un petit Stribe au Japon

Tribulations d'un Mineur Nantais a Tokyo

posté le 15-02-2008 à 04:18:34

La St-Valentin 日本で

Petit intermède dans mon épopée Hong-Kongaise décidément bien difficile à écrire en résumé : 

 

Music :

 

 Parce qu'imiter les US, y'a pas que les Chinois qui y arrivent !

 

En effet, hier c'était la St-Valentin, Jour ou toutes les filles s'excitaient à savoir à qui donner du chocolat.

 

Ce jour important dans la vie de la japonaise moyenne, cette dernière donne du chocolat à son Jules (pour ne pas dire Valentin) et attend d'en recevoir un mois après de la part de ce dernier, le jour du White Day, le 14 Mars.

 

Bah visiblement, c'est plus un truc de collègienne qu'autre chose...

 

Certes, j'aurais eu la bonne surprise de voir des chocolats sur mon bureau dans le labo, qui étaient très bons d'ailleurs :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais l'évènement n'a pas l'ampleur que je lui imaginais...et je dis ca de manière générale par rapport aux autres hein !

 

Bref, à la place de chercher qui reçoit des chocolats, on a tous fait une grande fête en plein milieu de l'université, habillé (ou travesti) en Kimono à manger traditionnel et taquiner nos professeurs sur leur faible adresse à préparer des Maki.

 

 

 

 

 

 

Oui, c'est un homme en Kimono, et oui,

il est plus ou moins sain d'esprit.

 

 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

aurore  le 16-02-2008 à 00:50:15  #   (site)

whoua quelle chance..tu as donc une amoureuse au labo ! ils ont l'air bons ces chocolats !..bonne idée, gros bisous bon WE

lafolle  le 15-02-2008 à 23:57:17  #   (site)

jai entendu que les femmes offraient du chocolat à leurs collègues et à leur amoureux^^
ça cest gentil Sourire
en tout cas les tiens avaient l'air waouh bons ^^ !

.Zip  le 15-02-2008 à 06:17:49  #

Sympa et c'est qui qui t'as envoyé les tiens ? xD

 
 
posté le 13-02-2008 à 16:53:36

Hong Kong - "Please mind the gap" - Partie 3 : Première après-midi à Hong-Kong...

Comme je disais donc, après nous être repus de tous ces différents mets assez originaux devant mes yeux de novice Hong-Kongais, Cyrielle décida de me montrer son université, la HKU pour comme les plus malins d'entre cous l'auront deviné, signifie Hong-Kong University.

 

Alors, *petit Briefing sur la HKU* : Cette université est tout de même la 2ème meilleure en Asie juste après Todaï (la mienne donc, et non, je ne dis pas ca par favoritisme). Ceci fait d'elle la 16ème au monde tandis que Todaï est juste devant : 15ème...

 

Cependant, la HKU accueuille beaucoup, beaucoup plus d'étudiant étrangers que Todaï et par conséquent, j'ai eu l'impression que de nombreuses communautés de nationalités se formaient. En ce qui me concerne, j'aurais pu voir de très près à quoi ressemble la communauté française d'HKU ! C'est sur que lorsque l'on voit 10 francais ensemble, instinctivement, on suit.

 

Peut-être est-ce d'ailleurs ce dernier point qui me rend le plus heureux de ma bonne vielle Todaï : Le fait de devoir parler japonais pour travailler avec de Japonais et m'amuser ensuite avec des Japonais : Donc, de m'in-té-grer!

 

Je ne dis pas que ces gens que j'ai rencontré ne voulaient pas s'intégrer, et il est sur que s'intégrer en Chine est plus dur qu'au Japon ne serait-ce que du fait de la langue, mais c'était un fait malgré tout, que les communautés ne se mêlaient pas tant que ca aux chinois à mon goût comparé à ce que je vivais au Japon.

 

*Fin du briefing*

 

 

Bref, le bus à deux étages nous dépose à l'arrêt de l'Université qui est complètement cachée par la végétation. En fait, au début, je n'avais même pas remarqué que c'était l'université. Mais quand on a commencé à prendre les marches, et surtout, lorsqu'on a pris l'ascenceur, un petit éclair de raison m'a fait remarqué que ca y'est, j'étais bien arrivé à la HKU.

 

Cyrielle me montre le forum de la HKU avec son café Starbucks et sa bibliothèque, le tout aggrémenté d'une vue assez sympathique sur HK :

 

 

 


 

 

Après on a donc continué notre visite dans le campus. A noter quand même que y'avait des escalators et des ascenceurs pratiquement partout dans cette université, le tout bien sur avec une belle vue sur le conglomérat de buildungs Hong-Kongais, malgré un smog assez persistant à mon arrivée.

 

 

 

Je m'arrête à un autre point pour prendre des photos mais je me gourre et prends une vidéo...Enfin c'est pas grave, ca me permet de vous la faire partager ici :

 


 

 

Et après cela, Cyrielle ayant cours, elle m'indique comment me rendre dans un endroit mystérieux et file dans son amphithéâtre. Ceci fait, je suis les instructions de la dite lâcheuse et débouche sur une sorte de plafond d'immeuble avec un beau monument bien gore ma foi (un empilement de corps en fait...), le "Pillar of Shame" ou "Pilier de la Honte" :

 

 

 

Ce monument, comme son nom ne l'indique pas, est dédié à toutes les victimes étudiantes et non étudiantes de la tuerie de Tien An Men, le seul vrai mouvement démocratique d'empleur qui a eu lieu en Chine et qui bien sur s'est fait réprimé par des tanks...

 

Mais hormis ce monument cadavérique, une vue splendide, qui était surement ce dont Cyrielle voulait me faire part, s'offrait à mes yeux déjà bridés par tant de merveille :

 

 

 

 

Vous l'aurez donc remarqué au passage, les Hong-Kongais aiment construire de très très hautes tours tout autant fines au point qu'on aurait peur de les voir s'écrouler avec un simple coup de vent. Perso, je pense que l'on peut faire mieux comme genre architectural...Mais bon, ca a son charme !

 

Je poursuis donc mon aventure au sein de l'université et découvre en autre TV Campus :

 

 

 

 

 C'est super intéressant, mais c'est tout en cantonais...Alors bon, ca ne m'a trop inspiré, et plutôt que de rester comater devant tel chinoise s'extasiant devant tel savon ou tel burger, je préférai ma bonne vielle exploration. Je me balladais donc aux alentours des autres installations telles que le restaurant universitaire (auquel j'aurai été mangé quelques jours plus tard, cf:un autre article pas encore écrit) pas cher du tout (moins de 2€!) et les labos environnant.

 

 

 

 

L'impression qui se dégage en tout cas de cette école est que la vie associative semble y battre son plein et ca fait quand même bien plaisir à voir ! Les élèves sont assez sympas et parlent tous anglais très bien, ce qui est assez en contraste avec Todai, donc pas de problème pour demander son chemin pour retrouver Cyrielle.

 

Les retrouvailles étant effectuées, Cyrielle décide de m'emmener à "Times Square". Vous l'aurez très certainement deviné, il y'a aussi un Times Square à HK, y'a pas que New York dans la vie !

 

Ballade dans de petites rues "typiques" donc pour atteindre le métro :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et oui, comme le montre si bien ces deux photos choisies par mes soins, les rues sont étroites, entourées de hautes tours parfois très moches, et parfois très belles...

 

Bref, cette petite ballade improvisée, nous arrivons enfin au fameux "Times Square Chinois" ou les décorations pour le Nouvel An Lunaire Chinois ma petite personne ravie de ce premier jour à Hong Kong:



 

 

Vous noterez au passage les gens qui parlent cantonais sur la vidéo. Le cantonais, c'est pas forcément moche, mes les gens le parlent tellement vite et insistent tellement sur les "aaaaa" à la fin de leur phrases, qu'on devient fous au bout de quelques heures d'exposition successives à ce language !

 

Mais je m'égare. Nous rentrons donc tous les deux dans le grand Shopping Mall qui est fimé sur la vidéo, et là, que dire si ce n'est que c'est quand même "grave dare beurré" comme diraient nos collègues français de la tecktonik (oui, je me mets à jour au fur et à mesure...mais j'ai rien contre la tecktonik!).

 

En effet, c'est neuf, c'est propre, la musique est bien douce et agréable à entendre même en continu, et surtout c'est bien fait !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



On fait donc un peu les boutiques, gentillement, sans trop acheter, et on attend deux camarades français à Cyrielle pour dîner. Etant donné qu'on a un peu plus d'une demie-heure, éreintés, on décide d'un peu comater sur la belle vue qui s'offre à nous dans un "Fruit bar", un bar à coktails de fruits "frais" (comprendre congelés).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 Je juge important au passage de signaler que Cyrielle était

dans un état tout aussi lamentable que moi !

 

L'article prenant déjà des dimensions collosales, je décide donc de reporter la partie "Dîner succulant" dans le 3ème article de la série.

 

A noter d'ailleurs que toutes ces photos (et surtout celle ou je tire une tronche de détéré) sont soumises à droit d'auteur (à savoir moi !). Donc pas touche !

 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 09-02-2008 à 19:07:26

Hong Kong - "Please mind the gap" - Partie 2 : Premiere matinée à Hong-Kong...

Après avoir donc pu "profiter" d'un très vague sommeil entrecoupé de chute de platre sur la gueule et températures frolant le négatif dans une chambre sans chauffage, je me reveillais tant bien que mal vers 9h du matin, presque frais mais dispo pour entamer ma première véritable journée dans Hong-Kong.

Appel de mon guide attitré et fixation de rendez vous à la station "Centrale" (qui devint vite mon quartier favori) pour déjeuner.

Je sors donc enfin de ma micro chambre d'hotel pour prendre l'ascenceur, et là, une première vue de toute beauté s'offre à moi de par la fenêtre en face de l'ascenceur. Je vous laisse la savourer ! :

 

 

 

 

Bref, voilà qui met la pêche au sortir du lit !

 

Mais nullement intimidé par cette étrange vue post apocalyptique faite de tuyauteries, je continue ma descente avec l'ascenceur et sort du "Chungkin Mansion", mon hotel pour enfin apercevoir ma première vue d'Hong-Kong :

 

 

Alors là, grand moment de doute : Je me dis que peut-être je suis allé jusqu'au Kosovo ou autre région sinistrée du globe mais quenenie, dans un éclair de génie, je me rappelle qu'il n'y a pas de palmier au Kosovo. Me voilà donc rassuré.

Je file donc aussi vite que possible vers la bouche de métro et m'enfonce dans le sous-sol Hong-Kongais, tout de même encore un peu sous le choc de mes premières impressions tellement en contradiction avec l'idée que je me faisais d'HK (Hong-Kong).

 

Première bonne surprise : le métro est plutot propre est assez récent. Certes, le métro jap est encore plus propre, mais n'est pas japonais qui veut. Cette impression me suffisait amplement !

 

 

C'est souterrain toujours, c'est grand, et il y'a toujours une jolie petite mélodie qui nous caresse les oreilles en l'honneur du Nouvel An Lunaire chinois. Dégustation :

 


DSCF6130
envoyé par stribel
 

 

 

Il n'en fallait pas plus pour m'en rassurer : ca y'est, j'avais ma première bonne impression d'HK ! Elle aura mis le temps, mais ce que je ne savais pas, c'est que j'allais en avoir des tas d'autres dès la sortie du métro.

 

Comme convenu donc, je sors à la station "Centrale" et découvre enfin l'HK tel que je l'imaginais! De hauts buildings propres dans des rues propres avec une agitation constante et grisante qui entraine plus ou moins :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'est plus bruyant que Tokyo mais c'est aussi plus Européen comme style. "Européen" dans le sens ou il y'a énormément de voitures, bus et trams qui circulent dans les rues en effervescence alors qu'a Tokyo c'est plutôt le piéton qui est mis à l'honneur à mon goût. Bien entendu, tout cela est à titre de comparaison entre HK et Tokyo.

 

Bref, tout heureux, je gambade pendant les 3 heures qui suivent dans ce quartier qui enfin me parle et me procure un plaisir à visiter. Je trouve d'ailleurs en marchant une pharmacie traditionnelle chinoise ou je me procure pour la maudique somme de 5 HK$ (soit 0.40€) une boisson censée être bonne pour la digestion.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Alors certes le goût était des plus bizarres et je ne vous cache pas que mes paupières se contractaient très très forts à chaque gorgée, mais il paraît d'après ma source (à savoir, ma voisine Hong-Kongaise qui s'en délectait en même temps que moi) que c'est un brevage tout simplement excellent lorsque l'on se sent un peu fatigué ou qu'on a une petite nausée. Enfin, ca a manqué de me donner cette nausée, mais je serai allé joyeusement jusqu'au bout, et aucun effet négatif ne s'est fait ressentir. Peut-être même le contraire !

 

Après ce petit intermède touristique donc, je me rends comme prévu vers le point de rendez vous d'où mon Hong-Kongaise attitrée veut me faire découvrir restaurant à "Dim-sum" qu'elle affectionne particulièrement, et ce, avec sa colloquataire américano-mexicaine tout simplement adorable de gentillesse.

 

Pour avoir fait des recherches là-dessus, le Dim-sum est une spécialité exclusivement cantonaise et fleuron de la gastronomie Hong-Kongaise dont le nom signifie tout simplement "Allant droit au coeur". Pour en avoir mangé à plusieurs reprise, je peux vous assurer que c'est un délice des plus delectables pour toute personne un tant soit peu honnête. Ce qui est regrettable par contre est que c'est surement l'une des seules recettes que j'ai réellement apprécié là-bas alors que pourtant je suis assez ouvert dès lors que cela touche au domaine gastronomique.

 

On se rend donc dans ce restaurant particulier ou s'affairent une, voire deux centaines de chinois à déjeuner. Le principe est simple, il y'a des chariots remplis de petites boites en osier utilisées pour la cuisson à vapeur, on pioche, et on mange avec un bon thé.

 

 

 

Alors c'est un peu comme un jeu de hasard, le jackpot c'est les "Dim-sum", mais parfois, voire souvent, on foire et on se retrouve avec autre chose : "Ah, une patte de poulet"; "Ah! Un petit pain fourré aux haricots rouges"; "Ah! Bah ca je sais pas...poisson? Boeuf? même avec le gout je reconnais pas...".

 

 

Le doute à beau s'installer...Les quelques Dim-sum sur lesquelles j'aurais eu la chance de tomber étaient tout simplement excellents ! Le reste n'était pas mauvais pourtant, mais pour être honnête, j'avais connu déjà mieux dans mon petit pays du Soleil Levant!

 

Ceci fait, on paye chacun 5€ pour avoir eu l'audace de manger plus que raison ne peut s'imaginer et ...

 

La suite au prochaine article :)...

 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

AURORE  le 10-02-2008 à 23:31:17  #   (site)

il y a des goûts certes qui doivent mal passer dans notre palais européen !! et parfois faut mieux ne pas savoir ce qu'on mange !! bon périple; bisous

.Zip  le 09-02-2008 à 19:42:56  #

J'adore quand tu raconte ça xD Avec les petites touches comiques si joliment retranscrites dans ton texte Langue

 
 
posté le 08-02-2008 à 10:04:25

Hong Kong - "Please mind the gap" - Partie 1 : Départ !

Constat en effet, je suis rentré d'une semaine très très intense à Hong-Kong en compagnie de mon amie Cyrielle qui m'a fait connaître le meilleur (et surtout le pire!) de ce qu'Hong-Kong a à offrir aux étrangers en séjours là bas.

 

Je suis rentré hier soir à 22h chez moi, complètement K.O. . Pour les lecteurs régulier de ce blog qui se rappelaient de mon état d'épave après ma sortie en boîte de nuit à Tokyo, je peux vous assurer que j'ai poussé les limites de qualifications du mot épave avec mes performances à Hong Kong. Mais j'y reviendrai en temps voulu.

 

Peut-être qu'avant de faire un récit chronologique comme à mon habitude, je vais vous faire un petit apercu général de Hong-Kong :

 

Hong-Kong n'a rien à voir avec le Japon. Pour être franc d'ailleurs, je préfère très honnêtement le Japon à Hong-Kong. Mais Hong-Kong à quelque chose d'entrainant, de grisant, qui fait que l'on se sent continuellement vivre et qu'un besoin de se remuer, de faire la fête et de vraiment ressentir sa jeunesse se fait encore plus connaître que partout ailleurs.

 

8 millions d'habitant, 400 000 expatriés et une agitation constante font de cette ville un melting-pot unique en Asie. Chaque jour je croisais des francais par dizaine et je n'ai eu aucun répis. La vie à Hong-Kong est aussi beaucoup moins chère qu'au Japon et donc aussi bien sur qu'en France. Tout cela pour dire qu'avoir l'occasion de faire une année d'échange en tant qu'étudiant à Hong-Kong est une chance unique et absolument fantastique, peut-être même bien meilleure qu'en faire une au Japon en fonction de ce que l'on recherche (fête:Hong-Kong  ou expérience culturelle:Japon ).

 

Je reviendrai sur tout ca au fur et à mesure de mon récit, et bien sur, je tacherai de synthétiser tous mes sentiments encore si confus par tant de péripéties à la fin de mes articles sur Hong-Kong. Ce qui est sur, c'est que j'en ressort ravi, malgré des hauts et des bas très très différents.

 

Au travail ! :

 

Le 31 Janvier donc, je me rendais comme prévu à l'aéroport Narita dans la banlieue de Tokyo pour prendre mon vol qui décollait à 18h du Japon. Routine habituelle donc, métro - Narita-Express - Aéroport. Ce qui est tout de même très embêtant au Japon, c'est le service d'immigration qui est extrêmement strict et qui nous fait passer par une multitude de controles tous effectués rapidement et efficacement certes, mais tout de même bien chiants au bout du 3ème ! De plus, ces contrôles sont toujours beaucoup plus stricts envers les asiatiques (Indiens ou Chinois). Un peu comme la France avec l'Afrique en somme...

 

 

 

 

 

Au milieu de tout cela, décidé à avoir quelque monnaie avant d'arriver à destination, je me rends dans un bureau de change et prends le "Ni Man Paku", le "pack 20 000" qui est une offre promotionnelle du bureau de change à tarif avantageux. Quand on a de la chance, parfois elle dure !

 

Je saisi donc tout heureux cette occasion de tâter mes premiers billets hong-kongais qui au passage ressemblent très très fortement à des billets de Monopoly du fait de leur couleurs, logos, et matière plastique constituant la chose :

 

 

 

Enfin, grace à ce billet marqué du cigle de la banque HSBC, j'ai pu enfin saisir le sens des initiaux qui veulent donc dire : Hong-Kong Shanghai Banking Corporation.

 

Après donc avoir achevé tous mes contrôles, je me retrouve enfin devant la belle bête de technologie qui me déposa 5 heures plus tard à Hong-Kong, un bel avion signé du logo de la Japanes Airline :

 

 

 

 

Mon avion attérit comme prévu à 22h20 à l'aéroport de Hong-Kong qui est en décalage d'une heure seulement par rapport à Tokyo. Je récupère donc bien à l'aise mes bagages et fini de passer encore d'autres contrôles et en sortant vers la zone d'accueil : surprise! Cyrielle n'est pas là pour me cueillir!

 

Je me dis que dans ce cas, je peux me contenter d'attendre traquillement que la bougre vienne m'indiquer le chemin comme prévu, surtout que je n'ai pas d'autres choix que d'attendre vu que j'avais oublié son numéro de téléphone et son adresse sur mon bureau à Tokyo...Tokyo ou j'aurais au passage volontier retrouvé mon lit à ce moment précis.

Là, 4 chauffeurs de taxis indiens, me voyant seul en train d'attendre se jettent à tour de rôle sur moi avec une sourire digne d'une pub à dentifrice : "Taxi? Want to go somewhere?". La première fois, aux quatres, je réponds avec un grand sourire : " No, thank you, I'm OK."

 

Mais visiblement, mon anglais n'étant pas assez bon pour eux, deux reviennent me voir pour me redemander la même chose avec un sourire encore plus grand : "No. No need for Taxi"

 

Troisième fois : "NO!!!"

 

Quatrième fois : je leur fais un regard tellement injecté de sang et enervé que les deux font demi-tour avant d'arriver dans la zone délimitant les 5m autour de moi. Ce soir là, deux indiens auront sauvé leur vie.

 

Je continue donc d'attendre et l'idée même d'appeler en France pour que je puisse la contacter à l'aide de connaissances là bas se fait passer, mais alors que je cherche un téléphone, je vois enfin ma Cyrielle se pointer en me cherchant partout dans le terminal. Retrouvailles chaleureuses donc, et c'est parti pour l'hotel avec chacun notre paire de cernes sous les paupières. Elle cassée par 8 heures de TP, moi par 8 heure de voyage et 4 indiens.

 

Il fait nuit et je ne vois rien d'Hong Kong si ce n'est des panneaux publicitaires de partout et des gens affairés à toutes sortes de tâches et j'arrive enfin dans mon hotel après 1 heure de bus. L'immeuble est très très inégal, passant d'endroits flambants neufs à d'autres en voie de délabrement avancé dans le même couloir, assez impressionnant en soit. C'est aussi un quartier rempli d'étrangers et surtout de beaucoup d'indiens qui lorsque l'on passe à coté d'eux nous demande : "Copy watch? Rolex?"...."Mon pied au cul?" ... Non, trop cassé. J'arrive dans ma chambre, dis au revoir à Cyrielle, et m'éffondre telle une belle bouse sur mon matelas encadré par 3 murs dans ma chambre de 3m² à 8€ la nuit, avec télé qui marche pas, ventilateur qui breloque et surtout sans chauffage, vu qu'a Hong-Kong il fait trop chaud d'habitude...Notez le d'habitude...ce qui fit donc l'horrible nuit que j'y passais, grelotant et emmitoufflé dans mon manteau.

 

Et voilà, j'étais à Hong-Kong pas forcément entier, mais j'y étais pour la première de mes 7 nuits là-bas...Hong-Kong n'avait d'ailleurs rien à voir avec ce que je m'en imaginais avant d'y arriver!

 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

.Zip  le 09-02-2008 à 18:10:20  #

Sympa la première expérience ^^

aurore  le 09-02-2008 à 04:33:49  #   (site)

quelle épopée !... je comprends que ton petit japon te manquait !! bisous, vite la suite !! j'ai bien aimé "telle une belle bouse"... trés imagé !!

 
 
posté le 31-01-2008 à 04:37:53

Encore un autre départ !

Ca y'est, dans l'espace de 6h, mon avion décollera du l'aéroport de Narita pour se rendre à Hong Kong.

Je devrais arriver dans la "City of Life" à 22h30 environ, ou Cyrielle m'accueillera pour me montrer au cours de la semaine tous les charmes de cette ville grisante.

 

Vu que je ne pense pas prendre le temps d'écrire des articles depuis là-bas (ce serait un peu du gachis de temps quand même), ce blog connaîtra donc une petite période d'accalmie surement suivi d'un période intense en récit comme l'a observé mon voyage à Kyoto.

 

Je vous dis donc à très bientôt, en espérant que vous aussi puissez vous éclater ou que vous soyez !

 

 

 

Le Japon me manque déjà !

 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

johnmandrake666  le 06-02-2008 à 19:44:00  #   (site)

bon voyage ! c'est clair, faut en profiter à mort^^

aurore  le 01-02-2008 à 23:18:10  #   (site)

whoua la chance...!! profites un max, gros bisous..

 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article